La Finlande s'invite enfin à Paris. Juste retour des choses pour celui qui noua des liens très étroits avec la capitale. Axel Gallén (1865-1931) réalise trois séjours à Paris et étudie notamment à l'Académie Julian ainsi qu'à l'atelier de Fernand Cormon, entre 1884 et 1889. La production et la polymorphie des oeuvres du finlandais révèlent son insatiable besoin de découverte et d'expérimentation. Aujourd'hui connu essentiellement pour ses illustrations du Kalevala, épopée écrite par Elias Lönnrot et devenu à terme symbole de l'identité nationale finlandaise, Gallén puisa son inspiration tant dans les paysages de son pays que dans l'Afrique orientale brittanique (Kenya), évoluant à travers plusieurs genres artistiques : réalisme, néo-romantisme, symbolisme et expressionniste.

 

 

gallen.gif

Akseli Gallen-Kallela, La Défense de Sampo [Sammon puolustus], 1896, Tempera sur toile, 122 x 125 cm, Finlande, Turku, Turku Art Museum, © Turku Art Museum / Photo Kari Lehtinen

 

    Première retrospective en France d'Axel Gallén, le Musée d'Orsay propose une exposition complète des oeuvres de cet artiste presque inconnu du grand public. Le défaut majeur de certaines expositions est de forcer le trait et la nature artistique du peintre qu'il présente, occultant souvent un pan entier de sa production, privilégiant une attente -légitime ou non- de la part de son public. Force est de constater qu'au regard d'artistes pour le moins importants mais mis de côté par l'histoire de l'art franco-française, ce genre de retrospectives tout à fait honorables, offrent la possibilité de découvrir un artiste presque de manière complète. Consacrant six salles à l'artiste, les commissaires de l'exposition  Philippe Thiébaut, conservateur général au musée d’Orsay, Janne Gallen-Kallela-Sirén, directeur de l’Helsinki Art Museum et Barbara Til, conservateur en chef au Museum Kunstpalast de Düsseldorf permettent au spectateur fuyant la foule agglutinée autour des oeuvres impressionnistes de ce même étage d'exposition, de découvrir un univers particulier oscillant entre réalité (paysans et vie rurale) et rêverie (le symbolisme des années 1893-1894). Portraitiste , Gallén brosse un portrait complet de la bourgeoisie finlandaise mais également de la vie dans les campagnes : rituel du sauna, réunion de famille, paysages idylliques et mise en valeur des traditions nationales se compilent au sein de ses productions. On retrouve par ailleurs cet attachement à son pays d'origine dans le pavillon finlandais de l'Exposition Universelle de 1900 où Gallén exécute la chambre Iris, mélange d'élegance sobre où il donne naissance à une oeuvre textile, le ryijy Flamme, devenu embléme du design finlandais. En outre, le symbolisme et le synthétisme, courants artistiques en vogue dans l'avant-garde française et allemande le poussent à enrichir ses fresques de nouveaux motifs et d'approfondir son style, donnant ainsi naissances aux oeuvres kalevaléennes telles que la célèbre Défense du Sampo (image).

                   Plusieurs ruptures balisent sa carrière : rejet du naturalisme marquant sa première période parisienne , crise identitaire  où l'artiste simplifie son langage plastique et intègre des éléments typiquement finlandais, émancipation du caractère national à travers ses oeuvres, Gallén  s'affirme et métisse ses oeuvres jusqu'à pousser ses expérimentations dans les contreforts expressionnistes qui marquent son exil en Afrique au début du XXè siècle.
Le musée d'Orsay nous offre ainsi la possibilité de découvrir un peintre audacieux, à la palette colorée et enivrante et de montrer une fois de plus, les liens étroits qu'un peintre peut entretenir avec certaines nations, utilisant leurs créativités afin de créer la sienne et générer sa propre force.

 

ad-astra.jpg

Ad Astra -Deuxième version de 1907

 

 

Autour de l'exposition


Catalogue de l'exposition, Akseli Gallen-Kallela, une passion finlandaise, coédition musée d'Orsay – Éditions
Hatje Cantz, 204 pages, 140 illustrations, env. 45 €


Concerts
Du 9 février au 21 juin, La Finlande au temps de Sibelius et Gallen-Kallela


Concerts du Soir
Le jeudi 9 février à 20h avec Soile Isokoski, soprano et Marita Viitasalo, piano
Le jeudi 8 mars à 20h avec Régis Pasquier, violon, Arto Noras, violoncelle et Ralf Gothóni, piano
Le jeudi 15 mars à 20h avec Karen Vourc’h, soprano et Vanessa Wagner, piano


Soirées exceptionnelles
Le 22 mai à 20h avec l’orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Fabien Gabel
Le 21 juin à 20h30 avec le Choeur d’hommes YL de l’Université d’Helsinki sous la direction de Tommi Niskala


Spectacle en famille
Dimanche 4 mars à 15h, Antti Puuhaara, opéra marionnettes, à partir de 8ans, durée 1h30


Cinéma
Du 9 au 18 mars, Paysages finlandais : Ce festival propose un choix de films de fiction et de films
documentaires illustrant la Finlande et Helsinki au temps d'Akseli Gallen-Kallela. Il reflète les changements
politiques et sociaux du pays, mais aussi la nature finlandaise à travers une sélection de films tels que
Juha d'Aki Kaurismaki, Hulda monte à la capitale de Valentin Vaala, La mort volée de Nyrki Tapiovaara, Le
chant de la fleur écarlate de Teuvo Tulio,...


Café littéraire
Le 18 mars à 16h, Traduire le Nord


Colloque
Les 30 et 31 mars, Le Nord, un mythe artistique et littéraire


Atelier
Du 12 février au 5 mai, Au fin fond de la forêt finlandaise, pour les 5-7 ans et les 8-12 ans
Informations pratiques
Horaires : tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h, le jeudi jusqu’à 21h45.
Tarification : droit d'entrée au musée : plein tarif : 9 € ; tarif réduit : 6,50 €
Accès : entrée par le parvis, 1, rue de la Légion d'Honneur, 75007 Paris
Informations et standard : +33 (0)1 40 49 48 14 ou

Retour à l'accueil